Education et santé ou lutte contre la pauvrete mode d’emploi

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a publié jeudi un rapport contenant une évaluation approfondie des mesures à prendre pour faire progresser le développement durable et atténuer la pauvreté dans le monde.

des essais de politiques nationales

Le rapport intitulé « Que faut il faire pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement ; Une évaluation internationale » répertorie les éléments d’un programme d’action concret destiné à être pris en compte dans les conclusions du Sommet des OMD qui réunira les leaders mondiaux à New York en septembre prochain.

« Pour le grand nombre de personnes qui vivent dans la pauvreté, les objectifs du Millénaire pour le développement ne sont pas des cibles abstraites et ambitieuses ; ils donnent les moyens d’accéder à une meilleure existence et, de manière générale, à un monde plus juste et en paix », a déclaré Helen Clark, administrateur du PNUD, lors d’une conférence de presse organisée pour le lancement du rapport.

« Nous espérons que les conclusions issues des essais de politiques nationales maintenant éprouvées et ce programme visant à l’accélération du rythme des initiatives réussies aboutiront à des résultats positifs lors du sommet des leaders mondiaux sur les OMD en septembre prochain », a t elle ajouté.

En 2000, les dirigeants de la planète réunis à New York, au siège de l’ONU ont convenu d’atteindre d’ici à 2015 huit Objectifs du millénaire pour le développement destiné à réduire la pauvreté, la faim, la mortalité maternelle et infantile, les maladies, le logement inadéquat, l’inégalité des sexes et la dégradation de l’environnement.

des investissements publics dans les services sociaux

Tirant des conclusions à partir d’éléments qui ont fait leurs preuves dans 50 pays, le rapport du PNUD propose un programme d’action en huit points pour les OMD. Il vise à accélérer et à soutenir les progrès du développement au cours des cinq prochaines années.

Les huit points sont axés sur l’appui au développement participatif géré par les États eux mêmes, une croissance en faveur des pauvres et créatrice d’emplois qui inclura le secteur privé, des investissements publics dans les services sociaux tels que la santé et l’éducation, l’extension des opportunités pour les femmes et les filles, l’accès à l’énergie verte, la mobilisation des ressources nationales et le respect des engagements en matière d’aide publique au développement.

De l’abolition des frais de scolarité, menant à une hausse rapide des inscriptions dans les établissements primaires en Éthiopie, aux options innovantes des services de santé en Afghanistan, aboutissant à une réduction de la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans, le rapport du PNUD met en évidence des exemples concrets ayant donné des résultats et pouvant être répétés ailleurs, même dans les pays les plus pauvres, pour obtenir de réels progrès et atteindre des différents OMD.

Le rapport illustre les améliorations rapides, tant dans le domaine de l’éducation que dans celui de la santé, obtenues dans des pays où ont été effectuées des dépenses publiques adéquates et où ont été mis sur pied de nouveaux partenariats solides.

programme de subvention des engrais au niveau national

Les conclusions que comporte l’évaluation laissent aussi penser que l’atténuation de la pauvreté et de la faim se produit dans les situations où la croissance économique est génératrice d’un niveau élevé d’emplois et stimule la production agricole. Le programme de subvention des engrais au niveau national au Ghana a par exemple permis d’augmenter la production vivrière de 40 % et de réduire la faim de 9 % entre 2003 et 2005.

D’autres exemples comprennent notamment une initiative nationale en Inde visant à stimuler le nombre d’emplois dans les milieux ruraux, dont ont bénéficié environ 46 millions de ménages. Le programme garantit un minimum de 100 jours de travail aux laboureurs sans terre et aux agriculteurs marginaux, dont près de la moitié sont des femmes. De tels programmes de protection sociale et d’emploi solides, indique le rapport, atténuent la pauvreté et inversent les tendances à l’inégalité.

L’évaluation fait aussi ressortir les liens entre plusieurs des objectifs. Par exemple, l’amélioration des opportunités pour les femmes et les filles et l’extension de l’accès à l’énergie ont tous deux un effet multiplicateur sur les progrès réalisés avec les OMD. La fourniture de générateurs au Burkina Faso, au Ghana, au Mali et au Sénégal a aidé les femmes à se libérer en moyenne de deux à quatre heures par jour, qu’elles ont pu consacrer à leur éducation, à l’amélioration de leur santé et à la génération de revenus supplémentaires.

les lacunes de l’OMC et du Cycle de Doha

Pour conclure, cette évaluation montre que l’aide bien ciblée et prévisible est un catalyseur d’importance cruciale dans l’atteinte des OMD et qu’elle a permis d’obtenir des résultats significatifs au Burkina Faso, au Mozambique, au Rwanda, en Ouganda et au Vietnam en dégageant plus de ressources à distribuer. Cependant, des indications probantes laissent aussi penser que les pays doivent développer leurs activités pour mobiliser leurs ressources nationales et adapter leurs budgets pour garantir les meilleurs rendements sur leurs investissements.

Le rapport, qui sera communiqué aux États Membres en vue de la rédaction du texte final du Sommet des OMD de septembre prochain, estime aussi que l’incapacité de parvenir à un accord dans les négociations commerciales de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) relatives au Cycle de Doha est la plus importante lacune dans l’élaboration d’un partenariat global en faveur du développement. L’accès aux marchés pour les produits des pays en développement ne s’est pas sensiblement amélioré, et les subventions nationales à l’agriculture par les pays riches continuent à éclipser les progrès en matière d’OMD.

Simultanément avec ce rapport, le PNUD prépare actuellement un guide pratique visant à accélérer l’atteinte des OMD. Il s’agit d’un cadre destiné à aider les gouvernements, les représentants des Nations Unies dans les pays individuels et d’autres partenaires du développement à identifier les réelles entraves au progrès et, tout en tentant de les surmonter, à définir les politiques qui auront le maximum d’effets pour la réussite des OMD.

Partager

Articles Récents

Paul Quilès, les hommages de Macron, Hidalgo, Delga ou Faure

Paul Quilès, les hommages de Macron, Hidalgo, Delga ou Faure

Plusieurs fois ministre, directeur de campagne de François Mitterrand en 1981, longtemps maire de Cordes et député du Tarn, Paul…

24 septembre 2021

Paul Quilès est mort

Paul Quilès, né le 27 janvier 1942 à Saint-Denis-du-Sig (Algérie française) et mort le 24 septembre 2021 à Paris est…

24 septembre 2021

Le nuage volcanique des Canaries sous surveillance en Occitanie

Dans son bulletin quotidien sur la qualité de l'air, ATMO Occitanie annonce suivre la progression et l'éventuelle dangerosité du nuage…

24 septembre 2021

Mort de Rémi Fraisse la Cour européenne interroge la France

Rémi Fraisse né le 31 août 1993 à Toulouse, militant écologiste est tué par un tir de grenade offensive lors…

24 septembre 2021

Grave accident de la circulation place Saint Pierre à Toulouse

Un minibus a percuté un piéton et un conducteur de scooter jeudi soir aux alentours de 22h30. Deux victimes ont…

24 septembre 2021

Le leader indépendantiste Catalan Carles Puigdemont arrêté en Italie

Carles Puigdemont arrêté en Italie : l'indépendantiste catalan sera-t-il extradé vers l'Espagne ? L'indépendantiste catalan et eurodéputé Carles Puigdemont a…

24 septembre 2021