les Aborigènes australiens restent victimes de discriminations

Ayant traversé une histoire d’oppression et de discrimination raciale, y compris l’expropriation de leurs terres et des bouleversements sociaux et culturels, les Aborigènes et les autochtones du détroit de Torres sont gravement désavantagés par rapport aux Australiens non autochtones, a souligné mardi le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme et des libertés fondamentales des populations autochtones, le professeur James Anaya,

un véritable respect de l’intégrité culturelle et de l’autodétermination

« La structure historique du racisme continue de laisser sa marque et de porter gravement atteinte à la dignité des Aborigènes et des autochtones du détroit de Torres », a-t-il déploré à l’occasion du lancement d’une version préliminaire de son rapport sur l’Australie, établi après une visite officielle dans le pays en août 2009.

Il a rappelé que « les programmes gouvernementaux doivent assurer le bien-être socio-économique équitable des peuples autochtones, tout en favorisant leur autodétermination et en renforçant leurs liens culturels ».

L’expert des droits de l’homme a félicité le gouvernement de l’Australie pour les progrès accomplis au regard des droits fondamentaux des autochtones et des populations insulaires du détroit de Torres au cours des dernières années, en particulier à travers les excuses de la Nation formulées en 2008, son soutien à la Déclaration sur les droits des peuples autochtones et sa campagne globale visant à améliorer leurs conditions de vie.

Toutefois, il appelle les autorités à incorporer dans leurs programmes une approche plus intégrée pour résoudre les inégalités à travers le pays.

« Un contrôle efficace des terres et des territoires continue d’être refusé à de nombreuses communautés autochtones en Australie », a-t-il affirmé, notant également que les institutions autochtones sont parfois soumises à des niveaux élevés de contrôle par l’État, et sont souvent dépourvues de véritable pouvoir de générer un développement social, culturel et économique.

Le Rapporteur spécial attire également l’attention sur « la nécessité de continuer à développer de nouvelles initiatives et de réformer celles qui existent déjà, en consultation et en partenariat réel avec les peuples autochtones, afin de se conformer aux normes internationales exigeant un véritable respect de l’intégrité culturelle et de l’autodétermination ».

De nationalité américaine et enseignant à l’Université de l’Arizona, le professeur James Anaya a été nommé en mars 2008 par le Conseil des droits de l’homme.

Partager

Articles Récents

Paul Quilès, les hommages de Macron, Hidalgo, Delga ou Faure

Paul Quilès, les hommages de Macron, Hidalgo, Delga ou Faure

Plusieurs fois ministre, directeur de campagne de François Mitterrand en 1981, longtemps maire de Cordes et député du Tarn, Paul…

24 septembre 2021

Paul Quilès est mort

Paul Quilès, né le 27 janvier 1942 à Saint-Denis-du-Sig (Algérie française) et mort le 24 septembre 2021 à Paris est…

24 septembre 2021

Le nuage volcanique des Canaries sous surveillance en Occitanie

Dans son bulletin quotidien sur la qualité de l'air, ATMO Occitanie annonce suivre la progression et l'éventuelle dangerosité du nuage…

24 septembre 2021

Mort de Rémi Fraisse la Cour européenne interroge la France

Rémi Fraisse né le 31 août 1993 à Toulouse, militant écologiste est tué par un tir de grenade offensive lors…

24 septembre 2021

Grave accident de la circulation place Saint Pierre à Toulouse

Un minibus a percuté un piéton et un conducteur de scooter jeudi soir aux alentours de 22h30. Deux victimes ont…

24 septembre 2021

Le leader indépendantiste Catalan Carles Puigdemont arrêté en Italie

Carles Puigdemont arrêté en Italie : l'indépendantiste catalan sera-t-il extradé vers l'Espagne ? L'indépendantiste catalan et eurodéputé Carles Puigdemont a…

24 septembre 2021